Sophie Lavaud

1968

Alpiniste, himalayiste et conférencière, Genève

"Aux camps de base, je suis à l’aise avec tout le monde. Mais je suis une femme réservée, cloisonnée, d’une grande maîtrise émotionnelle. Cela participe sans doute à mon efficacité."

Mon parcours

Je suis alpiniste, himalayiste et conférencière. En 2017, je compte sept 8000 à mon palmarès et cent-sept nuits sous tente à plus de 5000 mètres. En 2018, je comptabilise huit sommets de plus de 8000, dont l’Everest et le K2. Dans le froid, le vent, la neige et la glace. À subir l’effet de l’oxygène rare sur l’organisme : maux de tête, vomissements, manque d’appétit, affaiblissement. La rudesse du milieu et l’inconfort permanent défient aussi les nerfs et l’humeur des conquérant-e-s de l’inutile. J’endure bien, mais j’apprécie de me retaper au confort de la vie en Suisse. Aux camps de base, je suis à l’aise avec tout le monde. Mais je suis une femme réservée, cloisonnée, d’une grande maîtrise émotionnelle. Cela participe sans doute à mon efficacité : en expédition, je suis centrée sur mon objectif et rien ne peut m’en détourner. Dans mes conférences en entreprise, je distille un message positif à partir de mon expérience : ténacité, humilité, esprit d’équipe sont les clefs de ma démarche. On dit que je suis crédible, qu’on peut s’identifier à moi.

Ce qui me passionne. Justement ce n’est pas un «travail», c’est une passion et j’adore la partager.

Mon parcours. J’arrive modestement à vivre de ma passion, bien sûr grâce aux sponsors qui me suivent et me soutiennent dans l’aventure de mes expéditions. C’est un long chemin, des rencontres, des décisions, des prises de risques. Moment clef : la crise financière de 2008 qui nous impose en 2011 de fermer notre entreprise. Et puis des appuis comme l’Institut futura21, les ami-e-s proches et les premiers sponsors qui m’ont fait confiance.

Un bémol, des obstacles ? Les difficultés à réunir le budget nécessaire année après année. Il y a peu de femmes dans mon domaine mais être une femme n’est pas un obstacle, voire c’est même un avantage.

Je suis fière de mon parcours, de mes ascensions, de promouvoir l’himalayisme d’une façon simple et engagée.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

Les sports de montagne en général, le cinéma, la lecture et la musique.

Des personnes qui vous inspirent

Nives Meroi et Antonio Carlos Jobim.

Un livre & un film

Shantaram (Gregory David Roberts) et Himalaya : L’enfance d’un chef (Éric Valli).

Un modèle

Non, pas de modèle particulier.

Un objet

Mes bracelets

Une couleur

Le noir

Un rêve

Fouler le sommet des quatorze 8000 de la planète.