Fanny Carrard

1992

Assistante académique à la Haute École d'Ingénierie et de Gestion du Canton de Vaud (HEIG-VD), Vaud

"Ce qui me motive, outre le fait que nous avons la possibilité d’améliorer les choses, c’est le fait d’avoir de grandes perspectives d’évolutions professionnelles."

Mon parcours

Ingénieure en Génie électrique, orientation Systèmes énergétiques, je travaille à la HEIG-VD comme assistante académique à temps partiel en parallèle de mon master MSE en technologies énergétiques option électricité. Mon travail consiste à développer un nouveau laboratoire pour tester des appareils de domotique permettant de maximiser l’autoconsommation d’une installation solaire.

Ce qui me passionne, ce sont les possibilités que nous, ingénieures, avons d’améliorer le monde en créant de belles choses, utiles aux autres. Les challenges à relever au quotidien sont également une source de motivation, les journées ne se ressemblent que très rarement. Ce qui me motive, outre le fait que nous avons la possibilité d’améliorer les choses, c’est le fait d’avoir de grandes perspectives d’évolutions professionnelles.

Mon parcours. Le choix de faire un master a été fortement (pour ne pas dire uniquement) motivé par Mauro Carpita et Jean-François Affolter. Ils ont cru en moi et m’ont offert le poste d’assistante que j’occupe actuellement. Pour mes études, outre celui des professeurs cités précédemment, j’ai bénéficié du soutien de la HEIG-VD qui m’a offert une bourse me permettant d’étudier plus confortablement. Professionnellement, mon compagnon est un soutien sans lequel j’aurais beaucoup plus de peine à surmonter les difficultés que je rencontre parfois. Je peux également compter, quoi qu’il arrive, sur mon collègue et ami Douglas.

Un bémol, des obstacles ? La crainte de ne pas être à la hauteur… ce qui sans doute est une des raisons du nombre très faible de femmes osant se lancer dans les domaines techniques. Je ne pense pas qu’il y ait spécialement d’obstacles, je crois plutôt que les femmes ne sont pas attirées par la technique car elles n’y sont pas assez incitées. Il y a également la peur de ne pas réussir, le manque de femmes dans la technique est, à vrai dire, une grande question à laquelle je n’ai pas réellement de réponse…

Je suis fière d’être arrivée à mon niveau d’études, n’ayant jamais été une personne très scolaire. Etudier dans le domaine technique m’a montré que lorsque l’on aime ce que l’on fait, on est capable de tout. Je suis heureuse de pouvoir apporter ma contribution dans le développement des nouvelles technologies et d’essayer de réduire notre impact sur la planète en développant des solutions pour aider les gens à le minimiser.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

La nature et les animaux, lire, cuisiner, la musique (l’écouter et en jouer), la photographie, les voyages… La case est trop petite !

Des personnes qui vous inspirent

Sheryl Sandberg et le Dalaï-lama.

Un livre & un film

Lean In (Sheryl Sandberg) et Demain (Cyril Dion et Mélanie Laurent).

Un modèle

La majorité de mes collègues et les professeurs de l’institut de recherche dans lequel je travaille, en particulier Mauro Carpita et Jean-François Affolter.

Un objet

Je ne suis pas très matérialiste.

Une couleur

Ça dépend des jours, parfois le rouge, le bleu et parfois le blanc.

Un rêve

Que l’être humain se rende compte de la chance qu’il a de vivre sur une si belle planète et qu’il apprenne à en prendre d’avantage soin.