Monica Duca Widmer

1959

Ingénieure chimiste et vice-présidente de l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN), Brugg

"Je suis fière d’avoir mon étude d’ingénieure depuis 26 ans, dans un domaine qui au commencement était inconnu."

Mon parcours

Je suis ingénieure chimiste. Après avoir acquis une expérience professionnelle de niveau international dans l’industrie agroalimentaire, je me suis concentrée à partir de 1990 sur les techniques de procédé et de sécurité dans le domaine de la protection de l’environnement, puis j’ai fondé en 1992 EcoRisana SA, une entreprise qui propose son expertise dans les domaines de l’assainissement de sites contaminés, de la gestion des déchets et de la sécurité.

Je suis fascinée par la technique et la gestion de projets et d’entreprises. Et j’apprécie beaucoup la diversité du travail et la possibilité de toujours apprendre de nouvelles choses.

Mon parcours. Après des études de génie chimique à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ) puis la présentation d’un doctorat à l’Università degli Studi de Milan, j’ai poursuivi ma formation sur la sécurité des installations de production chimique à l’EPFZ et sur la direction d’entreprises au Center for Corporate Governance de l’Université de Saint-Gall. Parallèlement à mes nombreuses activités scientifiques, j’ai acquis différentes expériences en matière de direction d’entreprises et de fondations. Je suis aussi vice-présidente de l’Académie suisse des sciences techniques (SATW), présidente du conseil d’administration de Migros Tessin et engagée dans des fondations soutenant la recherche scientifique. Je suis enfin membre de la Société suisse des Ingénieurs et Architectes (SIA), de Swiss Engineering (UTS) et de l’Association suisse des femmes ingénieures (SVIN). J’ai donc travaillé pour l’industrie alimentaire, mais avec la naissance de mon premier fils, j’ai dû changer de travail et inventer des solutions compatibles avec ma famille. Le reste, c’est du travail dur et des horaires très lourds. Comme appui, j’ai eu ma belle-mère qui gardait quelquefois mes enfants en cas d’urgence et mon mari qui «acceptait en silence» la situation.

Un bémol, des obstacles ? La limitation de l’innovation dictée par des directives toujours plus nombreuses. Et le fait que l’on continue à penser que l’ingénierie n’est pas pour les femmes, avec pour résultat qu’il y a peu de femmes dans mon domaine.

Je suis fière d’avoir mon étude d’ingénieure depuis 26 ans, dans un domaine qui au commencement était inconnu. Je vois toujours des solutions et non des problèmes.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

La recherche et la formation en particulier dans les domaines techniques.

Des personnes qui vous inspirent

Rita Levi Montalcini et Daniel Barenboim.

Un livre & un film

Poèmes (Hafez) et Le vent tourne (Bettina Oberli).

Un modèle

D’autres femmes, avec famille, actives professionnellement m’ont convaincue que c’était possible.

Un objet

Une toupie

Une couleur

Le jaune

Un rêve

La paix dans le monde.