Katy Foraz

1970

Ingénieure au CERN, Genève

"Aujourd’hui, je gère une équipe d’environ 100 personnes qui oeuvre pour que les activités du LHC se fassent dans les temps et en sécurité."

Mon parcours

Je suis ingénieure responsable du groupe «Accelerator Coordination & Engineering» au CERN. Nous sommes en charge de la coordination technique des arrêts programmés des accélérateurs (intégration 3D, layout, planification, coordination de la sécurité, coordination sur site), ainsi que du développement et du support des outils associés (gestion de la maintenance, de la documentation et des plans).

Ce qui me motive, ce sont les défis à relever au quotidien qui sont passionnants, ainsi que tous les échanges humains. Notre position étant vraiment centrale à toutes les activités, je trouve très motivant de travailler à un but commun et de réussir ensemble.

Mon parcours. Le poste que j’occupe actuellement est certainement dû à ce que j’ai pu prouver pendant la phase d’installation du LHC (l’accélérateur de particules le plus grand et le plus puissant du monde mis en service en 2008, soit un anneau de 27 kilomètres de circonférence) et les années suivantes. A l’époque en charge de la planification des activités, j’ai gravi les échelons petit à petit, tout en apprenant les différents métiers sous ma responsabilité. Aujourd’hui, je gère une équipe d’environ 100 personnes qui œuvre pour que les activités du LHC se fassent dans les temps et en sécurité.

Mais il est vrai que j’ai été entourée de superviseurs bienveillants, de challengers et de collaborateurs et collaboratrices efficaces. Et mon équipe me soutient également au quotidien. Ils me montrent qu’il est important de bien s’entourer.

J’ai également toujours pu compter sur le soutien et l’appui sans faille de mon mari et de ma famille. C’est peut-être même le soutien le plus précieux dans ma carrière car je sais que je peux me concentrer sur mon travail sans soucis.

Un bémol, des obstacles ? Le temps ! Peut-être suis-je trop perfectionniste, mais les journées de 24h sont malheureusement trop courtes ! En tant que femme, je n’ai jamais ressenti d’obstacles, à part quelques réflexions machistes auxquelles je réponds en général par «remplacez femme par noir, cela vous semble-t-il raciste ?»… Ça marche assez bien. En fait, je me suis toujours sentie plus ingénieure que femme dans le cadre professionnel. Et depuis le début de ma carrière, j’ai fait mes preuves et mon genre est désormais passé au second plan.

Je suis fière d’avoir participé au projet d’installation du LHC. A cette époque (période de 10 ans) j’étais responsable de la planification de l’ensemble des activités. Mes connaissances techniques m’ont permis de comprendre l’ensemble des interlocuteurs (experts en cryogénie, physiciens, génie-civil…), et mon sens de la communication m’a permis de pouvoir faire circuler convenablement l’information et de débloquer des problèmes humains. Cette expérience me suit depuis le début de ma carrière, et bien que j’aie développé mon réseau et mes connaissances, cela reste le premier projet majeur que j’ai accompli au CERN.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

Mère de trois enfants, je leur consacre une grande partie de mon temps en dehors du travail.

Des personnes qui vous inspirent

Ma mère toujours souriante, pleine d’imagination et de dynamisme ! Et mon père toujours ingénieux et drôle !

Un film

Les uns et les autres (Claude Lelouch).

Un modèle

J’ai une myriade de modèles, pas des modèles «connu-e-s», mais des personnes avec des caractéristiques précises dans mon entourage (privé et professionnel). Par exemple, j’adore le détachement et l’humour de M. X, la précision de Mme Y…

Un objet

Etant ingénieure aéronautique de formation : une fusée

Une couleur

Le rouge

Un rêve

Avoir du temps pour moi ! Mais en réalité je pense que mon souhait serait vraiment que mes enfants soient pleinement heureux lorsqu’ils seront adultes.