Irène Herrmann

1965

Professeure à l’Université de Genève (UNIGE), Genève

"L’histoire est une grille de compréhension pertinente et nécessite de développer un esprit à la fois critique et curieux."

Mon parcours

Je suis historienne, spécialisée dans l’histoire transnationale. Je tente de comprendre et de restituer le passé, afin de mieux cerner le présent et préparer l’avenir. Et j’enseigne, puisque je suis actuellement professeure ordinaire à la Faculté des Lettres.

Ce qui me passionne. L’histoire est une grille de compréhension pertinente et nécessite de développer un esprit à la fois critique et curieux. Découvrir ce que je ne sais pas, trouver des réponses aux questions que je me pose, m’émerveiller devant l’inventivité des êtres humains. Mon moteur est l’envie d’en savoir plus.

Mon parcours. J’ai eu un début de carrière rapide. Après la thèse, les choses ont ralenti au point que je ne pensais pas pouvoir rester au sein de l’université. Mais j’ai rencontré des personnes formidables qui m’ont redonné confiance en moi. Certaines d’entre elles se sont clairement engagées en ma faveur et m’ont finalement permis d’obtenir le poste que j’ai maintenant. J’ai surtout bénéficié de l’appui d’hommes ouverts d’esprit et généreux, généralement assez renommés pour pouvoir se moquer des convenances/hiérarchies académiques. Quelques femmes très lucides sur les difficultés rencontrées, et elles aussi assez généreuses pour partager leur expérience, afin de m’éviter de payer trop cher les leçons qu’elles en avaient tirées. Et bien sûr, la famille.

Un bémol, des obstacles ? Pour avoir la liberté d’être un-e historien-ne critique, il vaut mieux exercer son métier au sein de l’institution universitaire, qui a ses propres règles, souvent peu favorables aux femmes critiques. Il n’y a pas beaucoup de femmes en haut de la hiérarchie universitaire, car les qualités demandées à une bonne historienne contredisent certaines des qualités que l’on requiert généralement d’une professeure suisse.

J’aime exercer un esprit critique mais respectueux. J’adore comprendre comment les acteurs sociaux s’approprient (ou non) les idéaux qu’on leur assigne.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

Lecture, cinéma, musique, famille, ami-e-s et voyages.

Des personnes qui vous inspirent

Marguerite Cramer et Michael Freeden.

Un livre & un film

Les mémoires d’Hadrien (Marguerite Yourcenar) et Le ruban blanc (Michael Haneke).

Un modèle

A chaque étape de ma carrière, j’ai eu des modèles dont j’ai fini par détecter les inévitables failles, ce qui m’a déçue et finalement détournée de ce type d’attachement. Je préfère l’admiration, la complicité intellectuelle et l’amitié. Mais c’est peut-être un luxe.

Un objet

Un livre

Une couleur

Le rouge