Gianna Antonia Mina

1958

Directrice du Museo Vincenzo Vela, Ligornetto

"Je m’intéresse particulièrement au rôle que jouent les musées dans la société contemporaine, dans l’éducation à l’heure où les défis auxquels sont confrontées les institutions publiques augmentent."

Mon parcours

Je suis historienne d’art médiéval et actuellement directrice du Museo Vincenzo Vela à Ligornetto, au Tessin. Je suis également commissaire de diverses expositions et publications, ainsi que membre de nombreux conseils d’administration locaux et nationaux. Par exemple, j’ai été présidente de l’Association des musées suisses pendant huit ans. Actuellement, je suis présidente du conseil d’administration des Beaux-arts du canton du Tessin et membre du Comité suisse de l’UNESCO. Je m’intéresse particulièrement au rôle que jouent les musées dans la société contemporaine, dans l’éducation à l’heure où les défis auxquels sont confrontées les institutions publiques augmentent.

Ma passion. Je me sens privilégiée de travailler dans la culture au niveau national, d’être en contact avec des œuvres d’art et de faire partie d’une petite équipe très enthousiaste (composée en majorité de femmes). Je me sens également privilégiée de pouvoir faire des choix et d’encourager d’autres personnes à considérer l’héritage culturel comme un patrimoine commun à tout le monde. Je suis également motivée par la beauté de l’emplacement du musée et la nature de sa collection, la liberté de travailler sur des projets intéressants et inhabituels et l’espoir de pouvoir changer, même un tout petit peu, la manière dont les gens perçoivent le musée. J’ai aussi l’occasion d’accroître constamment mes connaissances et d’aider les autres à approfondir les leurs.

Mon parcours. Ma mère m’a parlé de ce poste. Mon père m’a aidée à surmonter les doutes et les difficultés initiales. Celui qui m’a embauchée et qui était mon supérieur à l’époque, est resté une figure fondamentale jusqu’à sa retraite. Mon mari m’a soutenue et mes enfants ont fait de même en étant fiers de moi. Le public du musée a ouvertement montré de la reconnaissance pour mon travail. Au début de ma carrière, j’ai bénéficié d’un excellent soutien de la part de ma hiérarchie, de ma famille et de mes ami-e-s, ainsi que de mes collègues plus éloignés. Malheureusement, cette solidarité a diminué, d’autant plus que la compétition entre musées s’est accrue ainsi que les campagnes d’auto-promotion de certains directeurs.

Un bémol, des obstacles ? Ne pas pouvoir accroître la notoriété du musée en raison de son emplacement périphérique et des coupes budgétaires.

Je suis fière d’avoir transformé cette maison-musée un peu «belle au bois dormant» en une institution respectable et dynamique ; d’avoir trouvé les moyens de faire participer le public, y compris les migrant-e-s et les communautés marginalisées ; d’essayer de gérer ce musée sur la base de valeurs partagées, de la solidarité avec d’autres musées et d’une approche humaine. Je suis également fière d’avoir aidé à redonner confiance en soi à des femmes talentueuses marginalisées par le système.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Other interests beyond work

Classical music, politics and cooking.

People who inspire you

Hannah Arendt and Leonard Bernstein.

A book & a film

Baltic Souls (Jan Brokken) and Ship of Fools (Stanley Kramer).

One or more role models

My parents, and the experience of visiting museums in the UK in the 1980s and early 1990s.

An object

Spectacles

A colour

Red and purple

A dream

To take up Russian and the piano again.