Yvette Théraulaz

1947

Artiste, chanteuse et comédienne, Suisse romande

"J'aime écrire, inventer, mettre en chantier des «tours de chant» pour parler des femmes, de l’amour et de la vie comme elle va."

Mon parcours

J’ai le privilège d’être sur une scène pour parler et chanter l’humain. C’est le chemin que j’ai emprunté pour aller vers les autres.

Ce qui me passionne. Exercer un métier où l’éphémère côtoie l’émotion et la pensée. Un métier où l’humain, le poétique et le politique sont réunis. J’aime répéter, apprendre des textes, entendre le public rire, applaudir, parler avec les spectateurs et les spectatrices après la représentation, les sentir ému-e-s. J’aime aussi recevoir des compliments ou encore découvrir de nouveaux textes. Et puis écrire, inventer, mettre en chantier des «tours de chant» pour parler des femmes, de l’amour et de la vie comme elle va.

Mon parcours. Une chance inouïe de pouvoir encore, à mon âge, jouer et chanter. Un parcours fait de rencontres avec des textes, des auteur-e-s et des chansons, des metteuses-en-scène, des musiciens et musiciennes, des comédiens et comédiennes et tous ceux et celles qui font ce métier. Il s’agit d’un travail engagé et collectif. J’ai bénéficié de l’approbation de mes parents tout d’abord, puis j’ai été adoptée par la profession. Beaucoup de théâtres m’ont fait confiance et ont produit mes nombreux spectacles musicaux.

Un bémol, des obstacles ? La mémoire en vieillissant peut me jouer des tours et installer l’angoisse du trou de mémoire. Il règne dans les milieux du théâtre, comme dans la société en général, un sexisme et une misogynie ordinaires que je me suis efforcée de mettre à jour en interprétant mes rôles et en créant des spectacles.

J’aime chanter, jouer. Je le fais en essayant d’être la plus «juste» possible avec la joie parfois d’être utile.

À la Proust

Cet encart vous est présenté dans sa langue d’origine
Au-delà de votre profession

Les émissions sur France culture, j’écoute beaucoup la radio. J’observe et suis émerveillée par les petits enfants. Je regarde la télévision.

Des personnes qui vous inspirent

Je suis plus que touchée par les femmes qui gagnent péniblement leur vie, qui ont des enfants à charge et qui subissent sur leur lieu de travail le harcèlement sexuel. Et j’aime les hommes libres et forts comme le vent, comme le dit Anne Sylvestre dans sa chanson «Une sorcière comme les autres».

Un livre & un film

Chaque fois que je lis un bon livre, il m’inspire et m’aide à confectionner mon cœur et pareil pour les films.

Un modèle

Peut-être Berthold Brecht pour le théâtre, Barbara, Brassens et Brel pour la chanson et Jeanne Moreau pour le cinéma.

Un objet

Une question que je ne me suis jamais posée.

Une couleur

Le noir et le rouge.

Un rêve

Bien vivre ma vieillesse.